Le Havre et l'estuaire de la Seine

La modernité est une notion naturelle au Havre, une « ville nouvelle » construite par François 1er. Dès les années 1820, Le Havre attire les peintres romantiques : Turner et Bonington y peignent de lumineuses aquarelles, Géricault vient s’imprégner des couleurs du ciel et de la mer pour son Radeau de la méduse. Monet y peint Impression, soleil levant, qui va baptiser le mouvement impressionniste.

Le Havre

Dans les années 1840 et 1850, on trouve, exposant chez un encadreur nommé Boudin, les gloires de l’époque que sont Troyon, Isabey ou Couture et ceux qui aspirent à le devenir comme Millet, Courbet ou Jongkind. Converti à la peinture, Boudin va jouer un rôle de catalyseur, éduquant l’œil du jeune Monet, formant un trio inséparable avec lui et Jongkind, rapprochant Monet et Courbet.

L’événement décisif, c’est l’Exposition maritime internationale de 1868, qui s’ouvre aux peintres de la « jeune école » et se paie le culot de récompenser les Manet, Monet, Courbet et autre Boudin rejetés par le Salon parisien. Monet se forge alors la technique qui va faire de lui le chef de file de l’impressionnisme. Il peint la fameuse Terrasse à Sainte-Adresse et, quelques années plus tard, Impression, soleil levant, qui va baptiser le mouvement impressionniste.

En réaction à l’enseignement académique dispensé à l’école des Beaux-Arts, une « Ecole du Havre » se forme, qui réunit des peintres aussi révolutionnaires que Dufy, Friesz et Braque.

Monet se forge alors la technique qui va faire de lui le chef de file de l’impressionnisme.

Si Le Havre est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est notamment à l’architecte Perret qu’elle le doit. Il a dirigé après-guerre toute la reconstruction de la ville. On peut ne pas être sensible à son amour du béton brut et des avenues rectilignes ; mais du moins, cet adepte du « Mouvement moderne » partageait-il avec les impressionnistes le désir de donner toute sa place à la luminosité !

> Le Musée Malraux : la deuxième collection impressionniste de France

Inauguré en 1961, rénové récemment pour accueillir la somptueuse donation Senn-Foulds, il jouit d’une situation, exceptionnelle, face à la mer et d’une architecture non moins remarquable, à la fois lumineuse et transparente. Peut-on imaginer plus bel écrin pour présenter des œuvres tournées vers la recherche de la lumière et de l’air ? Grâce à d’importantes donations, tous les courants picturaux des XIX et XXè siècles sont aujourd’hui superbement représentés : le romantisme par Géricault et Delacroix, le naturalisme par Corot, le réalisme par Courbet et Millet, le pré-impressionnisme par Boudin, Jongkind et Lépine. La collection impressionniste est la deuxième de France après celle du musée d’Orsay. Quant au post-impressionnisme, on ne sait qui des nabis ou des fauves l’emporte par la splendeur des œuvres exposées.

Commencez par La Vague, de Courbet, peinte au couteau. Sans être impressionniste, le peintre s’intéressait de plus en plus aux paysages, notamment normands. Il ouvre ainsi la voie aux impressionnistes qui iront "sur le motif", c'est-à-dire sur les lieux mêmes de leur sujet.

Quant à Claude Monet… sa famille s’installe au Havre quand il a 5 ans. La rencontre avec Eugène Boudin est décisive. La Ville du Havre sera la première commune à lui acheter quelques toiles. Au rez-de-chaussée du musée, retrouvons Monet avec un Nymphéa de forme carrée. Parmi les autres œuvres importantes, signalons Bateaux au soleil couchant de Manet, deux vues du Port du Havre de Pissarro et L’Excursionniste de Renoir.

> Le quartier du port

Le sémaphore qu’on aperçoit dans le tableau de Boudin Coup de vent devant Frascati, se dresse toujours à l’entrée du port, devant le musée Malraux. En 1872, installé à l’Hôtel de l’Amirauté, Monet peint depuis sa fenêtre son immortelle Impression, soleil levant.

Contacts et liens utiles

 

> Office de tourisme du Havre

Tel : 02 32 74 04 04

A noter : Parmi les thèmes abordés, Ville d’Art et d’Histoire propose toute l’année animations et visites sur le thème impressionniste.

> Office de tourisme d’Harfleur

Tel : 02 35 13 30 09

Retrouvez une multitude d’informations sur le site Internet du Comité Départemental de Tourisme de Seine-Maritime.

Dans les environs du Havre

> Sainte-Adresse

Ancien port de pêche, Sainte-Adresse est devenue une station balnéaire mise à la mode où le père et la tante de Monet habitent une villa perchée sur l’éperon rocheux surplombant la mer. Depuis le premier étage de la maison, il les représente de dos face à la mer, dans Terrasse à Sainte-Adresse, une de ses premières toiles impressionnistes. Quelques années plus tard, l’Estacade à Sainte-Adresse de Dufy marque un jalon sur la voie du fauvisme.

> La Promenade impressionniste

En, arrivant par la promenade de la Plage, côté Havre, vous marcherez sur les traces des impressionnistes. Plusieurs panneaux reproduisent quelques uns de leurs chefs-d’œuvre sur le lieu même (« le motif ») où ils ont été peints.

> Harfleur

Nombreux ont été les peintres à succomber au charme de ce village médiéval, avec ses ruelles, ses maisons à pans de bois et sa rivière, la Lézarde. Parmi eux : l’anglais Turner, l’allemand Schirmer et le hollandais Jongkind.

> Tancarville

A l’époque où Turner peint Tancarville vu du fleuve, la navigation sur ce tronçon s’avère périlleuse. Surplombant le fleuve, le château de Tancarville, avec ses ruines couvertes de végétation, ajoute au caractère inquiétant de la scène.

Nos remerciements à Jacques-Sylvain Klein, qui a bien voulu mettre à notre disposition l’ensemble des textes qu’il a rédigés pour le Guide du routard « La Normandie des impressionnistes ».