Les grandes étapes du Débarquement et de la Bataille de Normandie

© Nomandie Tourisme

En 1944, le 6 juin et pendant le long été qui suivit, des hommes venus du monde entier sont venus se battre en Normandie pour abattre le nazisme et rétablir la Liberté.

Chronologiquement, dans l’opération du 6 juin 1944, on peut distinguer 3 phases : le débarquement par air (qui touche aux plages de Utah à l’ouest et de Sword à l’est), les bombardements aériens et navals sur le Mur de l’Atlantique et le débarquement par la mer sur les 5 plages (Utah, Omaha, Gold, Juno et Sword) et la Pointe du Hoc.

Dieppe

#1 - Après le désastre de Dieppe, les Alliés préparent le jour J

Le raid de Dieppe le 19 août 1942, ou Opération Jubilee, est une véritable hécatombe humaine. L’échec de cette opération sera d’ailleurs réutilisé par la propagande nazie pour montrer l’invincibilité du Mur de l’Atlantique.

Lire la suite

 

Sainte Mère Eglise

#2 - Utah Beach

Aux premières heures du 6 juin, les premières troupes aéroportées ont déjà pris pied sur le sol normand : Britanniques à l’est, Américains à l’ouest.

Lire la suite

 


Colleville-sur-Mer

#3 - Omaha Beach

Les plages d’Omaha pour les troupes de la 1ère et de la 29ème division sont un véritable piège. La première vague d’assaut a été sauvagement éliminée, la seconde découvre une plage jonchée de blessés, de cadavres, de matériels détruits.

Lire la suite

 


Arromanches

#4 - Gold Beach

La 50ème division britannique, débarquée à Gold, est très vite aux portes de Bayeux et s’en empare le 7 au matin. Son objectif est aussi d’enlever la commune d’Arromanches en prévision de l’installation du futur port artificiel (Mulberry) et de faire la jonction avec les troupes canadiennes débarquées à Juno.

Lire la suite


Courseulles-sur-Mer

#5 - Juno Beach

Après des pertes sévères sur les plages - les forces canadiennes subirent lors de la première heure d’assaut oprès de 50% de pertes -  la 3ème division libère son secteur côtier et encercle le camp radar de Douvres la Délivrande.

Lire la suite

Pegasus Bridge

#6 - Sword Beach

Le 5 juin un peu avant 23 heures, des planeurs britanniques sont lancés vers le pont de Bénouville. En quelques minutes les hommes du Major Howard atteignent leur objectif et le pont de Bénouville devient Pegasus Bridge.

Lire la suite

 

 


Bayeux

#7 - La première ville libérée de France continentale

Le Général de Gaulle, le 6 juin dans l’après-midi : « La bataille suprême est engagée. Bien entendu, c’est la Bataille de France et c’est la Bataille de la France ! Pour les fils de France, où qu’ils soient, quels qu’ils soient, le devoir simple et sacré est de combattre l’ennemi par tous les moyens dont ils disposent. »

Lire la suite

Cherbourg

#8 - Le port de Cherbourg, un enjeu stratégique

Eisenhower et Montgomery avaient décidé en février 1944 que le débarquement se ferait sur un secteur de 80 km (au lieu de 40) allant de Colleville à Varreville et incluant le Cotentin, ceci pour prendre le port de Cherbourg le plus rapidement possible.

Lire la suite

Saint-Lô

#9 - Saint Lô, "Capitale des ruines"

La bataille de Saint Lô est l’un des épisodes saillants de la "bataille des haies", juste avant l’opération Cobra. Au centre du Cotentin, la guerre des haies se transforme en véritables guerre de tranchées.

Lire la suite

 

 


Caen

#10 - la Libération de Caen

Le 6 juin à l’aube commencent les bombardements sur les villes normandes. A Caen, tout le centre-ville est détruit. La mission des Alliés est de détruire les villes pour anéantir tout système de communication et ralentir les renforts allemands. Au matin du 7 juin, une dizaines de villes bas-normandes, dont Caen, Lisieux, Coutances, Saint-Lô, Vire … ont été rayées de la carte.

Lire la suite

Chambois

#11 - La poche de Falaise

Le mois d’août 1944 verra la fin de la bataille avec l’encerclement des 5ème et  7ème armées allemandes dans la « Poche de Falaise ».

Lire la suite

En Normandie

#12 - La Normandie portera longtemps les traces de la guerre...

Au cours de l’été 1944, les Bas-Normands se trouvent pris au beau milieu d’une gigantesque bataille. Au plus fort des affrontements, dans le courant du mois de juillet, plus de deux millions de soldats se font face (deux fois plus qu’il n’y avait d’habitants dans le Calvados et la Manche). Les victimes civiles sont nombreuses ; pour échapper aux bombes, on se réfugie dans les caves, les carrières, dans des tranchées… On prend le chemin de l’exode, sur des routes devenues dangereuses en raison des mitraillages aériens.

Lire la suite