Sémaphore d’Agon-Coutainville

Patrimoine culturel,

AGON-COUTAINVILLE

Le 19ème siècle vit naître de nombreux conflits entre les pêcheurs de la région de Cancale, ceux de Granville et les marins anglais. L’objet du différent était la ressource lucrative d'huîtres sauvages, à l’époque déjà victime de surpêche.
En effet, la baie de Granville se voyait perpétuellement pillée de ses gisements en huîtres par une flotte de pêcheurs anglais disposant de bateaux plus grands et mieux armés pour cette pêche que ceux des français dont la taille était déjà réglementée depuis 1816.
C’est dans ce contexte que fut prise la décision de la construction du sémaphore d’Agon-Coutainville.
Le bâtiment permettait la surveillance des bancs d’huîtres en renfort des tours construites à Chausey et des patrouilles de la marine Royale.
Dans les années 1930, la marine se rend compte que le Sémaphore n’a plus de visibilité sur la plage. En cause, les constructions des villas de bord de mer, dont la hauteur dépasse la réglementation en vigueur. Face à la pression des promoteurs immobiliers, la commune négocie avec les affaires maritimes la surélévation du sémaphore à ses frais contre l’autorisation de construire des villas en front de mer.
Le sémaphore est aujourd’hui déclassé et transformé en habitation.