• Ajouter à une liste de favoris

Me voici sur les traces de Monet et ses amis, sur la Côte d’Albâtre qui les a tant inspirés. Comme eux, nous allons délaisser l’atelier pour aller peindre en plein air, « sur le motif ». Je serai guidée, tout comme mes camarades d’un jour, par Sophie, une artiste à l’énergie (créatrice) débordante.

L’accueil à l’atelier

Atelier de l'artiste peintre Sophie Justet à Fécamp
L’atelier de Sophie dans le centre de Fécamp © Thomas Le Floc’H

Avant de poser notre chevalet sur les hauteurs de Fécamp, c’est dans son atelier, situé dans le centre, que Sophie nous a donné rendez-vous. L’accueil est chaleureux et d’emblée le courant passe. Sophie me fait entrer dans son monde. Un monde fait de couleurs et de lumières, sans cesse en mouvement. Les murs de son atelier lui servent de cimaises. Partout des tableaux : des petits formats (pochades), des formats intermédiaires et de grandes toiles. Autour d’un café, Sophie nous montre sa collection de livres d’art, sa « bible » et nous dit sa passion pour les peintres impressionnistes et leur chef de file, Monet. Je remarque une palette recouverte de couches de peinture, une sorte de magma coloré. On apprend que Sophie n’aime pas quand la palette est blanche. Puis, elle nous emmène découvrir comment elle fabrique elle-même des couleurs, à base de pigments. Elle nous ouvre aussi les portes de sa réserve. Nous prenons ensuite la direction du Cap Fagnet pour entrer dans le vif du sujet. « Le point de vue le plus sentimental pour moi, le toit du monde », nous confiera Sophie.

« Sur le toit du monde »

Peindre comme Monet sur la Côte d'Albâtre
© Thomas Le Floc’H
Peindre comme Monet sur la Côte d'Albâtre
© Thomas Le Floc’H

Nous arrivons au Cap Fagnet, qui fut un endroit stratégique pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais ce matin, c’est pour capter la beauté des paysages que nous nous y rendons. En ce matin d’automne, l’atmopshère est d’une quiétude absolue. Si les élèves de Sophie installent leur chevalet en deux temps, trois mouvements, pour moi la tâche s’avère plus ardue ! Mais Sophie est là pour m’aider. L’artiste nous rappelle alors les bases de la peinture. Elle nous montre la roue chromatique et évoque les couleurs primaires, secondaires, complémentaires. Les souvenirs, lointains, de mes cours d’art plastique remontent peu à peu. Sophie nous invite à nous focaliser sur la partie du paysage que nous souhaitons peindre. Avec nos doigts, on forme un rectangle pour choisir la zone que nous allons représenter sur la toile. Les falaises de Senneville au loin me serviront de modèle.

Saisir la lumière, l’instant et la sensation de liberté

Peindre comme Monet sur la Côte d'Albâtre © Thomas Le Floc'H
Le chevalet de Sophie © Thomas Le Floc’H
Peindre comme Monet sur la Côte d'Albâtre
Le tableau réalisé par Sylvie ce jour-là ©E.Tessier

A ma grande surprise, nous commençons par enduire la toile d’un blanc immaculé de la couleur orange. On « pose » ainsi le orange, couleur complémentaire du bleu, omniprésent ce jour-là. Sophie m’explique alors comment « faire arriver » les falaises sur la toile. Notre sympathique prof prend le temps de prodiguer ses conseils à chacun, de la néophyte comme moi aux plus expérimentés.
J’entends fuser des noms de couleurs : jaune de cadmium, sepia, vert de vessie, etc. Ce qui est bien avec la peinture à l’huile c’est que l’on peut effacer pour recommencer si le résultat ne nous convient pas, ce que je vais faire à plusieurs reprises. J’utilise des pinceaux de différentes taille. Sophie m’invite à me servir de mes doigts et même de l’herbe en guise de pinceau ! Et aussi à prendre du recul par moments. A la manière des impressionnistes et sur les conseils de Sophie, je mets par endroits de petites touches de couleur.
Je scrute l’horizon, j’observe les éléments et au fur et à mesure que le paysage prend forme sur la toile, je ressens un intense sentiment de bien-être. C’est peut-être cela, avant même la reconnaissance et la gloire, que venaient chercher les impressionnistes sur la côte normande.

Fécamp sur la Côte d’Albâtre

Situé à 20 mn d’Étretat, Fécamp est une ville animée, fière de son passé maritime. Fécamp fut autrefois un port d’attache pour Monet et Berthe Morisot. Avant eux, Delacroix était également un habitué des lieux. La salle Beaux-arts du musée des Pêcheries abrite plusieurs toiles liées au mouvement impressionniste.

Fécamp © Marie-Anaïs Thierry

Infos pratiques

Séance de peinture en plein air
L’atelier de Sophie est situé 6 rue Bailly
76400 Fécamp
06 20 59 83 61
[email protected]
boutique.fecamptourisme.com (réservation en ligne)

Dates 2022

Sorties le mercredi matin, toute l’année.

TarIFS 2022

55 euros / personne (durée du cours : 4 h )

Bon à savoir

Tous niveaux (débutants acceptés).
5 élèves maximum par séance.

Prévoir des vêtements adéquats qui ne craignent pas les taches de peinture. Prévoir un vêtement chaud au cas où le vent se lève (le temps peut être changeant).

En cas de mauvais temps, le rendez-vous pourra être maintenu à l’atelier.

Si vous souhaitez randonner le long du littoral de la Côte d’Albâtre, ne quittez en aucun cas le sentier balisé pour vous approcher du bord de la falaise. Les paysages sont certes magnifiques mais exigent la plus grande prudence.

Comment venir (en transports en commun) ?

Train + train ou train + car Nomad
Paris – Fécamp via Rouen
Temps de trajet estimé : 2 h 58

Réserver votre billet de train

Les informations pratiques communiquées sont sujettes à modification.

Sophie Justet

Artiste peintre

L’artiste fécampoise est profondément attachée à sa ville. Elle ne se lasse pas de peindre les falaises et la mer, par tous les temps. Ce qu’elle préfère ? La communication avec ses élèves et la liberté que procure le fait de peindre en plein air.