Depuis l’Antiquité, le lin trouve en Normandie les terres limoneuses et le climat nécessaires à sa croissance. Avec 80 000 ha répartis dans l’Eure, la Seine-Maritime et une partie du Calvados, la Normandie est à l’origine de près de 50 % de la production mondiale de lin.

Un savoir-faire séculaire

Semé en mars/avril à raison de 1 800 à 2 000 graines par m², le lin croît de 1 cm/jour. Rapidement, les plaines se couvrent d’un beau tapis vert tendre, qui, fin mai ou courant juin, pendant une semaine ou deux, se transforme en un océan de fleurs bleues ondulant sous le soleil. Au bout de 100 jours, le lin est prêt. Les tiges, qui mesurent de 90 cm à 1 m de haut, sont trop dures pour être coupées. On arrache donc les lins avec des machines agricoles dédiées qui l’étalent sur le sol par petites gerbes que l’on appelle andains. Pendant tout l’été, les andains se fanent. Sous l’effet de la pluie et du soleil, un champignon se développe sur les tiges, décomposant la gangue qui enserre les fibres textiles : c’est le rouissage qui, grâce au climat normand, s’effectue naturellement.

Champ de lin
Champ de lin © H.Zangl

dans le lin, rien ne se perd

Début septembre, les andains sont ramassés et acheminés vers les unités de peignage appelées teillages. Après récupération des graines, les tambours des teilleuses vont séparer :

  • Les longues fibres qui servent à fabriquer le ruban 100% lin, exporté majoritairement vers les filatures asiatiques
  • Les fibres courtes, appelées étoupes. Mélangées à d’autres fibres telles le coton, elles donneront naissance à des tissus d’aspect lin ou entreront dans la fabrication de non-tissés techniques
  • Les parties dures serviront à la fabrication de panneaux agglomérés
  • Les pailles mélangées viendront améliorer la litière des chevaux
  • Les ultimes déchets seront utilisés pour fabriquer divers articles de jardinerie
  • Quant à l’huile de lin, outre ses utilisations traditionnelles, elle entre dans la composition de nouveaux plastiques utilisés pour l’automobile et l’aéronautique.
Bobines de lin
Bobines de lin © CDT27, A.Chetcuti Bobines de lin © Eure Tourisme, A. Chetcuti

Autour du lin en Normandie

  • L’Écomusée – Maison du lin à Routot (Eure) : expositions, démonstrations, boutique sur place, organisation de la Fête du Lin en juin.
  • Le teillage « Terre de Lin » à Saint-Pierre-le-Viger (Seine-Maritime)
  • L’Écomusée du Lin (Ferme Au Fil des Saisons) à Amfreville-Les-Champs (Seine-Maritime)
  • La Semaine du Lin, en juin à Doudeville (Seine-Maritime)
  • Le Festival du lin, en juillet/août au Bourg-Dun (Seine-Maritime)
  • À vélo, parcourez la Véloroute du Lin, une voie verte de 80 km qui relie Pourville-sur-Mer à Fécamp dans le Pays de Caux. En juin, vous pédalerez au milieu des petites fleurs bleues.
La Véloroute du lin
La Véloroute du Lin © Vincent Rustuel ©SMA76-V.Rustuel

Faire la Véloroute du Lin avec son chien

Faire la Véloroute du Lin avec son chien

La route du cidre

La route du cidre

  • Ajouter à une liste de favoris