Direction le Pays d’Auge où Christine nous reçoit dans sa longère normande pour partager ses secrets sur les plantes sauvages. L’extension contemporaine de la maison lui confère un côté chic, et c’est dans ce décor, sur la terrasse panoramique qui donne sur le jardin anglais, que nous allons apprendre, entre copines, à confectionner une tartinade d’orties fraîches.

Au cœur du Pays d’Auge dans un jardin à l’anglaise

Dès notre arrivée, nous tombons immédiatement sous le charme de cette propriété de campagne, digne d’un magazine de déco. Notre hôte, Christine, nous explique, autour d’un café, être originaire des Pays-Bas. Son accent est juste irrésistible. Après nous être extasiées devant le jardin anglais, nous prenons possession du matériel indispensable pour la cueillette : le seau en fer et les gants de jardinier. Nous partons à la découverte des différentes variétés de plantes sauvages. Un focus sera fait sur les orties pour élaborer notre recette. Vient alors l’incontournable question : « les orties, ça pique ? ». Il y a des orties blanches ou lamiers blancs qui ne piquent pas, et puis il y a les urticantes, que nous allons cueillir pour notre recette mais qui, une fois chauffées et malaxées, ne piquent plus. Nous voilà rassurées !

Cueillette des plantes sauvages dans le Pays d'Auge
Direction la cueillette © Thomas Le Floc’H

Une heure de cueillette

Il est encore tôt et la pluie de la nuit passée exhale toutes les odeurs de la campagne. Christine prend le temps de nous montrer différentes variétés de plantes sauvages comme le cerfeuil des bois ou le gratteron, la berce, qui se consomme en condiment ou pour agrémenter les desserts, le lierre terrestre avec sa forme de gueule de loup au bon goût de menthe qui accompagne les salades. Christine nous emmène ensuite vers son petit coin favori, au bord de la rivière La Courtonne. On rentre dans le vif du sujet : la cueillette des orties. Christine nous donne ses conseils. Ne prendre que les feuilles situées en hauteur et qui sont sorties de la veille. Ces jeunes feuilles n’ont pas été parasitées par des pollutions animales.

Cueillette des plantes sauvages dans le Pays d'Auge
Cueillette des orties avec Christine © Thomas Le Floc’H

Pourquoi consommer des orties ?

Tout se mange dans l’ortie ! Il faut plutôt privilégier les feuilles car elles sont plus digestes que les tiges. Les feuilles ont des propriétés reminéralisantes, anti-allergènes, anti-inflammatoires, et contiennent des minéraux comme le fer, la silice, des vitamines A, B et C, et de la chlorophylle. L’ortie est diurétique et aide à irriguer certains organes. Associée à de l’argile, elle réduira les douleurs de l’arthrite et des rhumatismes. Sachez enfin, messieurs, que les racines ont des propriétés pour réduire les maux liés à la prostate.

Cueillette des plantes sauvages dans le Pays d'Auge
Cueillette des orties avec précaution © Thomas Le Floc’H

Retour à la maison pour apprendre à les cuisiner

Notre seau est plein, et la cueillette abondante. Avec beaucoup d’attention, nous les faisons tremper dans du vinaigre pour les nettoyer et les faisons bouillir pour leur faire perdre leur caractère urticant. Nous allons y ajouter de l’ail, du yaourt, des amandes, des pignons de pin, de la sauce soja, un jus de citron et une pincée de sucre. Il est l’heure de nous installer sur la terrasse panoramique, avec un petit verre de cidre. Nous toastons copieusement la baguette de pain frais avec la tartinade aux orties tellement appétissante. Christine propose en complément des radis du jardin qui se marient bien avec l’ortie.

le bonheur des choses simples

Cette parenthèse à la campagne nous a fait le plus grand bien. On a partagé un chouette moment entre copines et notre « prof » était extra. Des choses toutes simples comme de s’extasier devant un jardin anglais, prendre un café en écoutant les bruits de campagne, traverser des champs encore humides de la veille, s’arrêter pour écouter le ruisseau et le chant des oiseaux… Et nous ne sommes pas peu fières d’avoir appris à cueillir et cuisiner des orties, cette plante redoutée qui a pourtant bien des vertus et qui est délicieuse !

Infos pratiques

Cueillir et cuisiner les plantes sauvages
Christine Den Boer
950 chemin de la Rocquerie
14100 Courtonne-la-Meurdrac
06 80 57 84 71
cdb@cdbcoaching.com
www.cdbcoaching.com

Le Pays d’Auge

Vous voici dans l’un des coins les plus réputés de Normandie pour sa gastronomie. Livarot, Pont-l’Evêque, Calvados… les gourmets en raffolent. Côté paysages, le cadre est une vraie carte postale, avec des villages comme Beuvron-en-Auge ou Cambremer, pour ne citer qu’eux.

Village de Courtonne-la-Meurdrac © Thomas Le Floc’H

DATES 2021

Le 1er samedi du mois, de 9 h 30 à 12 h 30.

Samedi 5 juin
Samedi 3 juillet
Samedi 7 août
Samedi 4 septembre
Samedi 2 octobre
Samedi 6 novembre

Autres dates sur demande.

TARIFS 2021

50 € par personne

Minimum : 3 personnes ; maximum : 6 personnes

Où dormir ? Où manger ?

Possibilité de réserver la chambre d’hôtes de Christine avec lits jumeaux.
65 € par nuit en Bed & Breakfast
Table d’hôtes : 18 € / personne le dîner

Christine

Coach, thérapeute et spécialiste des plantes sauvages

Christine s’est installée en Normandie il y a de cela 25 ans, avec son mari et ses 2 enfants. Un vrai changement de cap pour elle qui a travaillé dans l’évènementiel en free-lance pour les plus grandes agences parisiennes pendant 30 ans, devenue coach et thérapeute.

Je crée mon savon naturel avec la famille Neyt

Je crée mon savon naturel avec la famille Neyt

Je démarre mon potager en permaculture

Je démarre mon potager en permaculture

  • Ajouter à une liste de favoris