Anglo-normand, néo-normand, peu importe son nom. C’est le style architectural choisi, au 19ème siècle, par des estivants fortunés pour leur villa sur la Côte Fleurie. Leurs architectes laissèrent alors s’exprimer leur créativité. Très vite, ces demeures devinrent l’emblème du balnéaire chic et luxueux.

Anglo-normand ou néo-normand ?

Les références à l’architecture néo-Tudor très en vogue alors en Angleterre, le recours à des éléments architecturaux comme le bow-window et l’intégration à un jardin paysagé lui valurent l’appellation anglo-normande. La mode des bains de mer n’était-elle pas venue d’outre-Manche ? Mais les historiens préférèrent réserver le terme à l’architecture des conquérants normands en Angleterre et nommèrent ce style balnéaire : néo-normand. Pourquoi pas seulement « normand » ? La raison en est simple. Si le vocabulaire de l’architecture normande ancienne est bien adopté, c’est en revanche pour aboutir à des formes renouvelées.

Comment reconnaître le style néo-normand ?

Bord de mer à Trouville
Bord de mer à Trouville © AdoeStock – rh2010

Sur cet espace balnéaire quasi vierge, tout est à inventer et les architectes expérimentent une multiplicité de styles. Ainsi, à Trouville, se construisent, côte à côte, en l’espace de dix ans, un palais persan, trois villas « normandes » et une demeure gothique flanquée d’une tour crénelée. Mais il est aisé de reconnaître le néo-normand parmi ces villas si disparates. Le modèle étant le manoir augeron, les marqueurs obligatoires sont les pans de bois et les toits pentus débordants. Pour ajouter aux principes de dissymétrie et de complexité des volumes, les façades peuvent s’accompagner de décrochements, de pignons exubérants et de tourelles. En s’affranchissant définitivement du style ancien grâce à une profusion d’ouvertures, de bow-window et de balcons, les architectes créent la nouveauté et ouvrent la villa vers le jardin et la mer.

Où voir ce style si chic ?

Villa Strassburger Deauville
Villa Strassburger, Deauville © Gregory Wait / Calvados Attractivité

L’architecture néo-normande fit son entrée sur la côte dès le milieu du 19ème siècle comme en témoigne à Trouville, la villa Cordier inspirée d’un manoir normand, puis s’imposa vers la fin du siècle car synonyme de classe et de distinction. Villers-sur-Mer, Houlgate et Cabourg conservent aussi un riche patrimoine de villas anciennes et une promenade permet d’apprécier comment le néo-normand a supplanté peu à peu les autres styles. Edifiée en 1907, près de l’hippodrome de Deauville, une fastueuse villa devint l’archétype de cette architecture si chic : la villa Strassburger. Les élites privilégiant ce style, ce fut naturellement qu’après la grande Guerre, il conquit l’ensemble des côtes normandes du Tréport à Julouville-les-Pins.

L’architecture néo-normande incarne si parfaitement la villégiature élégante de la Côte Fleurie que l’on devine au balcon une estivante en crinoline chaque fois que l’on croise une maison de ce style, même loin des rivages normands.

Villa à Cabourg
Villa à Cabourg © Thomas Boivin

  • Ajouter à une liste de favoris