La randonnée que propose Vincent n’est pas une randonnée comme j’ai l’habitude d’en faire. Je vais découvrir cette côte du nord-ouest du Cotentin en sillonnant cette fois-ci des chemins escarpés, hors des sentiers battus… Il est donc nécessaire d’être bien équipé et surtout accompagné. 

Prêts pour le crapahut, une escapade rocheuse ?

Avant de prendre le départ, situé dans la baie de Moncaneval, Vincent s’assure que le groupe porte des chaussures adaptées, un sac à dos contenant des bouteilles d’eau et des protections contre le soleil car aujourd’hui, il fait chaud et nous allons partir sur un terrain varié, chaotique qui demande d’avoir le pied ferme et sûr et où même nos mains sont parfois nécessaires pour s’équilibrer, monter, descendre, se hisser, grimper. Paola et Erwan sont des habitués des randonnées de Vincent. Ils me rassurent sur la difficulté de celle-ci face à mes inquiétudes et sont, comme moi, impatients de démarrer cette randonnée sportive.

Des paysages qui font penser à l’Irlande

Nous démarrons cette randonnée en empruntant le GR® 223. Souvent appelé « Sentier des douaniers » ou « Sentier du littoral », il est long de 446 km et relie la Baie des Veys au Mont-Saint-Michel. Nous commençons sur le sentier pour ensuite emprunter des passages « hors piste », d’où la nécessité du guide. Tout au long du parcours, nous découvrons des paysages magnifiques, dignes de ceux que l’on trouve en Irlande. Avec un relief escarpé, l’ocre de ses falaises composées de gneiss, le mauve des bruyères en fleurs, le turquoise de la mer limpide, le bleu du ciel… quel dépaysement ! Ce sont ces couleurs et ces paysages qui ont tant inspiré le célèbre peintre Jean-François Millet, originaire de La Hague. 

Rando crapahut dans le Cotentin © Thib’s Prod / Lumières Marines Prod
expérience Rando crapahut dans le Cotentin
Une rando très sportive

Au rythme des marées et sur les pas des contrebandiers

Vincent nous explique que nous suivrons les chemins des contrebandiers. La contrebande de tissu puis de tabac s’est pratiquée sur ces côtes entre la fin du Moyen-Âge et la fin du XIXe siècle, grâce à la proximité des îles d’Aurigny et Jersey. Notre objectif sera d’arriver à temps à la Pointe du Bec de l’âne. Vincent s’est renseigné sur les horaires de marée pour programmer notre départ car certains endroits sont recouverts à marée haute. Il ne faut donc pas tarder… Nous descendons progressivement, les uns derrière les autres, par des chemins étroits mais bien accessibles pour approcher le bord de l’eau et longer le bas des falaises sur un terrain rocheux. Vincent nous conseille vivement de ne pas marcher sur les rochers mouillés et recouverts d’algues. Il profite aussi pour nous présenter la criste marine, une plante comestible. Curieux, nous y goûtons et apprécions son petit goût de fenouil. 

Escalader de rocher en rocher

Maintenant, ce n’est plus le même terrain ! Ça y est : nous nous attaquons aux escarpements rocheux et au dénivelé progressif qui nous permet de rejoindre le haut de la falaise. Quel plaisir ! Je retrouve mon âme d’enfant et d’ancienne pratiquante de spéléologie en longeant les parois et en escaladant de rochers en rochers, et parfois même à la verticale. Je dois rester vigilante et concentrée sur mes appuis. C’est vraiment du sport ! Vincent nous guide dans ces passages où je ne me serais jamais aventurée seule. Il me tend la main, me retient pour que je puisse garder l’équilibre. Toujours dans la bonne humeur, un vrai esprit d’entraide se dégage au sein de toute l’équipe. Un bonheur commun se lit sur les visages. Tout le monde est ravi de terminer par un promontoire rocheux qui nous offre un panorama magique, avec comme points de vue, le Nez de Jobourg (128 mètres de haut) qui abrite une réserve ornithologique, l’île anglo-normande d’Aurigny, la plus proche du continent, les falaises et la mer… Vincent nous raconte que l’on peut parfois y apercevoir des dauphins. Quelle récompense !

Le Nez de Jobourg

Situé dans la zone géologique la plus ancienne du Cotentin, le Nez de Jobourg est connu pour ses falaises culminant à 128 mètres (parmi les plus hautes d’Europe), ses grottes et sa faune qu’on rencontre en arpentant le chemin des douaniers. 

© Teddy Verneuil crt

Infos pratiques

Randocaminante – Vincent Lemouton
50270 Surtainville
randocaminante.fr

Renseignements et inscriptions par téléphone au 06.15.37.28.01

Dates 2020

Toute l’année.

Tarifs 2020

20 euros / personne. Tarif dégressif en fonction du groupe. 

La randonnée sportive dure 3h en moyenne.

Bon à savoir

Prévoir de bonnes chaussures de randonnée et des baskets. 

Prévoir aussi un petit sac à dos avec de l’eau et un encas. 

A partir de 8 ans.

Plusieurs parcours sont proposés : 
Cap de Carteret « Des failles, ça peut s’amuser à grimper »
Cap du Rozel « Un petit labyrinthe »
Cap de Flamanville « Du Granite du granite du granite qu’il disait »
Pointe du Bec de l’Âne « Ça passe mais attention aux horaires »
Creux du Mauvais Argent « Quelques jolies grimpettes et des vues »

Où dormir ?

La Buhôtellerie 
50440 Jobourg
la-buhotellerie.com

Les informations pratiques communiquées sont sujettes à modification.

Vincent

Guide instructeur

Passionné, discret et rassurant, Vincent est guide randonnées, accompagnateur en montagne et instructeur marche nordique. Il organise aussi des séjours itinérants, multi-activités en France et à l’étranger en plus d’exercer en parallèle son métier d’éducateur spécialisé sur des séjours de rupture dans le Cotentin.  

Coasteering dans le Cotentin

Coasteering dans le Cotentin

Sensations fortes au Viaduc de la Souleuvre

Sensations fortes au Viaduc de la Souleuvre