• Ajouter à une liste de favoris

Gold Beach se trouve sur le secteur britannique. Gold Beach n’est autre qu’un nom de code donné par les Alliés. Cette plage s’étend d’Asnelles à Ver-sur-Mer. Gold Beach est aussi connu pour son port artificiel sur la commune d’Arromanches qui sera mis en fonctionnement dès le 14 juin 1944.

L’assaut sur Gold Beach
Visiter les lieux incontournables autour de Gold Beach
Les autres lieux de mémoire autour de Gold Beach

Focus carte des plages du DDAY

L’assaut sur Gold Beach

Gold Beach est le nom de code donné au secteur dévolu au XXXe corps britannique. A l’est d’Arromanches, les falaises laissent place à une côte basse et marécageuse. C’est là que doit débarquer, en fer de lance, devant Asnelles et Ver-sur-mer, la 50e Northumbrian division du général Graham. L’assaut commence à 7h 25, soit avec une heure de décalage par rapport aux Américains, du fait de l’heure de la marée.

La résistance adverse se concentre aux deux extrémités du secteur, et tout particulièrement dans Asnelles. Après avoir débarqué sans trop d’encombre devant le lieu-dit « Les Roquettes », la 231e brigade, en obliquant vers l’ouest, se heurte à une forte opposition. Le point fortifié du village du Hamel, épargné par les bombardements préliminaires, inflige des pertes sévères aux soldats britanniques. Il faut plusieurs assauts, l’appoint de blindés spéciaux et de nombreux renforts pour nettoyer la position, conquise de haute lutte en milieu d’après-midi seulement.

A l’est du secteur, devant Ver-sur-mer, la 69e brigade progresse plus rapidement. Le principal obstacle, formé par les fortifications du hameau côtier de la Rivière, est levé en milieu de matinée, après la destruction par un char du canon de 88mm installé dans un blockhaus sur la digue qui tenait les assaillants en respect. Les deux batteries lourdes situées sur le territoire de la commune, au Mont-Fleury et à la Marefontaine, réduites à l’impuissance par les bombardements aériens et navals, sont rapidement enlevées.

Enfin, au centre, une unité composée de Russes incorporés dans la Wehrmacht est enfoncée sans rémission et se débande ; ce qui facilite la percée britannique au travers des marais où des brèches sont ouvertes dans les champs de mines par les chars « fléaux ». De là, les troupes du général Graham, renforcées par la brigade de réserve de la division, s’enfoncent à l’intérieur des terres sans trop rencontrer d’opposition.

Mémorial britannique de Normandie
Mémorial britannique à Ver-sur-Mer © M-A Thierry

Au soir du 6 juin, les Britanniques ont mis à terre 25 000 hommes sur Gold et contrôlent un quadrilatère d’environ 10 kilomètres sur 10. Pour l’essentiel, les objectifs de la journée ont été atteints. Les éléments avancés de la 50e division sont arrivés en vue de la RN 13 et aux portes de Bayeux. Sur le flanc gauche, la jonction a été opérée avec les Canadiens débarqués sur Juno Beach. En revanche, sur la droite, si Arromanches a été pris en fin d’après-midi, Port-en-Bessin est toujours aux mains des Allemands et le contact avec les Américains n’a pu être établi, compte tenu des terribles difficultés rencontrées par ces derniers sur Omaha Beach.

La 50ème division britannique, débarquée à Gold, est très vite aux portes de Bayeux et s’en empare le 7 au matin. Son objectif est aussi d’enlever la commune d’Arromanches en prévision de l’installation du futur port artificiel (Mulberry) et de faire la jonction avec les troupes canadiennes débarquées à Juno. Mission qui sera accomplie le 6 au soir.

Le port artificiel d’Arromanches

Mulberry Harbour à Arromanches
Arromanches et les vestiges du port artificiel © AdobeStock – mountaintreks

Les Allemands ayant transformé tous les ports de la Manche en forteresses, il était hors de question pour les Alliés de s’en emparer de front. Ils avaient cependant besoin d’infrastructures portuaires pour mettre à terre les quantités impressionnantes d’hommes, de matériel et de munitions nécessaires au succès de l’opération « Overlord ». D’où l’idée, lancée par Winston Churchill lui-même, de recourir à des ports artificiels dont les différents éléments seraient fabriqués en Angleterre, puis remorqués au travers de la Manche avant d’être assemblés devant les côtes normandes.

Outre la mise au point de plate-formes sur pilotis pour le déchargement au large et de routes flottantes pour assurer la liaison avec la terre ferme, la partie la plus spectaculaire du projet « Mulberry » fut sans doute la construction d’immenses blocs creux de béton, les caissons Phoenix, destinés à former la rade du port. Leur tonnage à vide allait de 1 600 à 6 000 tonnes et les plus grands mesuraient 60 mètres de long sur 17 de large, avec la hauteur d’un immeuble de cinq étages.

En 100 jours, 400 000 soldats, 4 millions de tonnes de matériel et 500 000 véhicules débarquent de « Port Winston ».

Que visiter sur le secteur britannique de Gold Beach ?

Les lieux incontournables autour de Gold Beach

Les autres lieux de mémoire autour de Gold Beach


La Navette D-DAY Nomad Car

Pour circuler entre ces sites historiques, vous pouvez voyager en illimité à bord de la Navette D-DAY Nomad Car.

Elle dessert trois Plages du Débarquement : Omaha Beach, Gold Beach et Juno Beach et notamment la Pointe du Hoc, le cimetière américain de Colleville-sur-Mer, Arromanches et son port artificiel, la batterie de Longues-sur-Mer et le centre Juno Beach.

La navette D-DAY circule tous les jours, du 13 mai au 30 septembre 2024 (sauf le 6 juin), entre 9 h 30 et 19 h, à intervalles réguliers. A partir de 5 euros la journée pour les moins de 26 ans et de 10 euros pour les plus de 26 ans.


Vous aimerez aussi :